Olivier BECHT en conférence de presse sur le budget 2019

/ Actualités, Actualités du député, Réaction

J’étais ce matin en conférence de presse à l’Assemblée nationale en qualité de nouveau Président délégué du groupe UDI-Agir et Indépendants pour annoncer nos positions de vote sur le budget 2019 de l’Etat. Nous aurions beaucoup aimé voté en faveur de ce budget qui contient de nombreuses bonnes mesures pour l’économie, les entreprises mais aussi pour l’éducation nationale, la justice ou encore La Défense nationale avec une augmentation des crédits notamment pour notre armée qui combat les djihadistes.

Toutefois, il manque dans ce budget 2019 une stratégie globale. Alors que la croissance semble faiblir et se trouve menacée par le protectionnisme de Trump, la hausse du pétrole et le risque d’une nouvelle crise financière, il fallait réduire les dépenses pour donner à l’Etat des marges de manœuvre en cas de coup dur. Or c’est l’inverse qui se passe avec un déficit qui remonte au lieu de baisser.

De plus, parmi les baisses de dépenses beaucoup semblent erratiques et n’ont aucun sens. Par exemple la baisse des crédits des chambres de commerce et d’industrie risquent de mettre en péril des investissements locaux comme les ports de Mulhouse alors même que nous bâtissons un modèle nouveau avec nos amis suisses et allemands à travers Rheinport.

De même la baisse des APL ou la desindexation des retraités sur l’inflation s’effectuent sans qu’il y ait un sens à cette démarche autre que le rabotage de crédits pour faire quelques économies.

J’appelle donc le gouvernement à mieux communiquer auprès des Français. Nos concitoyens sont prêts à faire des efforts pour redresser notre pays. Mais les efforts doivent être justes, équitablement partagés et surtout s’inscrire dans un projet global. Il faut que les gens comprennent pourquoi on fait ces efforts et vers quel nouveau modèle de société on souhaite se diriger. Avec quelle cohérence d’ensemble?

Je reviens vers mes propositions de campagne : annulons la hausse de la CSG pour les retraités mais demandons aux retraités de donner trois heures de bénévolat par semaine en échange de points pour un système de prise en charge de la dépendance. Rendons ainsi le périscolaire gratuit pour les familles (les économies se chiffrent en milliers d’euros par foyer et par an) et faisons économiser des milliards à la CAF et aux collectivités locales. Avec l’argent dégagé et une vraie réduction des aides familles osons financer une nouvelle branche dépendance au sein de la sécurité sociale. Bref c’est un nouveau modèle de société et de protection sociale qui est à inventer autour de la troisième grande valeur de la République : la Fraternité.

Un budget ce ne doit pas seulement être des chiffres, ce doit être un esprit, un projet au service de la société. Celui de 2019 n’était pas à la hauteur des défis que nous vivons. Je me suis donc abstenu de le voter, sans le condamner mais sans non plus le cautionner !