Covid « changer de stratégie » : mes réponses aux détracteurs !

/ Actualités

Cette semaine j’ai présenté au Premier ministre et au ministre de la santé, avec mes collègues du groupe « Agir ensemble », 30 propositions pour changer de stratégie et adapter notre société à vivre avec le Covid.

Pour l’essentiel il s’agissait de dire :

– on doit réussir ce confinement pour éviter de saturer nos hôpitaux mais ça doit être le dernier confinement

– il faut davantage tester, tracer les cas contacts et isoler de manière obligatoire sous peine d’amendes les personnes positives et potentiellement contagieuses

– il faut adapter tous les lieux publics pour éviter les contacts rapprochés et surtout renouveler l’air toutes les 5 min dans les lieux clos (cantines, restaurants d’entreprise, restaurants, salles de classe, salle de sport, salles des fêtes, salles de spectacle…puis dans un second temps les logements).

– il faut adapter nos comportements comme nous l’avons fait dans d’autres épidémies (comme le Sida) pour nous protéger et protéger les autres.

Ces propositions ont déclenché beaucoup de réactions virulentes et quelques insultes.

Je voudrais répondre aux réactions, les insultes ne valant pas la peine de consacrer un seul caractère d’imprimerie.

1. Isoler les malades de manière obligatoire avec des amendes c’est liberticide !

Oui peut-être. La France ne l’a jamais fait. Mais en attendant le confinement est super liberticide. Franchement, est ce que c’est mieux de supprimer la liberté de circulation, de réunion, de commerce, de culte, de manifestation…pour toute la population plutôt que d’isoler seulement les personnes contagieuses ???

Perso, je préfère être contraint de me tester toutes les semaines et de m’isoler 7 jours si je suis malade ou contagieux plutôt que d’être enfermé chez moi et ne pouvoir sortir que sous le régime de l’attestation dérogatoire.

2. On peut bien supporter le confinement en attendant le vaccin ?

Non !

D’abord, nous n’avons aucune garantie de disposer bientôt d’un vaccin efficace, sans effets secondaires et aux effets durables. Plusieurs essais cliniques ont été arrêtés à cause des effets secondaires. On commence à comprendre que les anticorps au Covid ne durent naturellement que quelques mois puisque des personnes malades ce printemps retombent malade cet automne. Et au Danemark on observe une mutation du virus chez les Visons qui rendrait le vaccin presque inopérant.

On ne va pas rester confinés jusqu’à l’arrivée d’un vaccin qui n’arrivera (en tout cas dans une forme efficace et durable) peut-être jamais.

Et cela aussi parce que le confinement n’est tenable ni psychologiquement ni financièrement dans la durée.

Les effets de la pandémie sur le moral et la psychologie des gens deviennent catastrophiques.

Et on a dépensé déjà 470 milliards d’euros juste pour payer les confinements et la relance en 2020. Évidemment cet argent on ne l’a pas et il faut l’emprunter aux frais des générations futures. Poursuivre un confinement dur sur plusieurs mois, c’est détruire notre économie et ruiner notre pays.

3. Y a cas ouvrir plus de lits de réanimation !

Non mais franchement ! Qui a envie d’aller fêter Noël en réanimation ???

D’abord les lits de réanimation ce ne sont pas des lits IKEA ! Pour un malade en réanimation, il faut des infirmières spécialisées et des médecins spécialisés qui prennent plusieurs années à être formés. Ça n’arrive pas en claquant des doigts. On peut les chercher dans d’autres services, en bloc opératoire mais alors qu’est-ce qu’on fait des autres malades (cancer, cardio…) ???

Ensuite, une grande partie des gens qui entrent en réanimation finissent par mourir (plus de 50% à Mulhouse lors de la première vague) et les autres sortent avec des séquelles parfois permanentes.

C’est donc totalement irresponsable de dire « y a cas laisser les gens se contaminer et les accueillir en réanimation après ».

IL EST DONC URGENT DE CHANGER DE STRATÉGIE !!!

Je persiste et je signe :

– adaptons la société par des mesures de protection (notamment aération des lieux clos et espacement des lieux de restauration) et de changement de nos comportements.

– testons encore plus et isolons toutes les personnes positives et contagieuses pour en prendre soin pendant une à deux semaines. Et rendons la liberté le plus vite possible à toutes les autres personnes.

Ces mesures ne dépendent ni d’un vaccin ni d’un miracle. Elles ne dépendent que de nous.