Le 26 mai, un jour crucial pour l’Europe !

/ Actualités, Evénements, Réaction

Dimanche, allons voter POUR l’Europe !!!

Ce que vous allez lire ne plaira pas à tous, mais je me dois néanmoins de l’écrire.

Chacun est libre de voter ou de ne pas voter et bien sûr de voter pour qui il veut.

Personnellement j’irai voter et je ferai le choix de la liste Renaissance soutenue par Larem, le Modem, Agir la Droite constructive et les Radicaux.

Pourquoi ?

D’abord parce que cette élection n’est pas un référendum pour ou anti-Macron ni pour ou anti-gouvernement mais une élection sur l’avenir de l’Europe.

J’ai été élu député face à une candidate En marche et je me suis inscrit dans un groupe constructif qui a voté les lois que nous considérions bonnes (par exemple celles contre la lutte contre le terrorisme) et contre celles qui ne nous semblaient mauvaises (la hausse de la CSG par exemple).

Toutefois, nous sommes aujourd’hui à un moment clé de l’Histoire. De ceux que l’on peut appeler des basculements du monde.

Au cours des prochaines années, en fonction des décisions que nous prendrons, du courage aussi d’inventer un nouveau modèle économique, social et environnemental, dépendra notre capacité à continuer à vivre dans une Europe en paix ou, au contraire, a glisser doucement sur la pente qui mène au chaos.

J’ai grandi en Alsace, entouré de grands-parents qui, pour certains, avaient vécu deux guerres mondiales.

Ma grand-mère paternelle me racontait avoir échappé de justesse à la mort alors âgée de 5 ans au cours de la première guerre mondiale dans le bombardement d’un cirque.

Ma grand-mère maternelle fut incorporée de force au service du travail obligatoire (STO) par les nazis au cours de la deuxième guerre mondiale.

Elles n’avaient pas gardé de cette époque de très bons souvenirs.

Depuis 74 ans nous vivons en Europe occidentale la période de paix la plus longue depuis près de 2000 ans.

Nous sommes tellement habitués à la paix que nous avons totalement oublié qu’en fait l’Histoire de l’Europe est surtout celle de la guerre et nous pensons que rien ne peut venir remettre en cause cette paix.

À tel point que nous pourrions nous permettre de casser ce qui nous protège depuis 70 ans des guerres du passé : l’Europe.

Pourquoi les européens ont-ils arrêté de se battre les uns contre les autres? Parce qu’une poignée d’hommes ont fait, après la deuxième guerre mondiale, un pari dingue : celui de croire que l’on pouvait construire des choses ensemble et même être plus forts ensemble.

Ces « fous » de l’Europe ont bâti en quelques décennies, sur les ruines des guerres, la première puissance commerciale au monde, le continent où le niveau de vie est le plus élevé, le niveau d’éducation le plus abouti, le niveau de santé le plus protecteur, les droits humains les mieux garantis.

Bien sûr cette Europe a beaucoup de défauts. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sac.

Elle est trop technocratique, trop éloignée du citoyen, elle n’a pas su protéger les frontières correctement, elle n’a pas su lutter contre les terroristes ou les mafias qui se jouent des frontières, elle perd un temps fou à réglementer la courbure de la banane ou le débit des pommeaux de douche au lieu de lutter contre le dumping social, fiscal ou environnemental…

Il faut aujourd’hui s’attaquer sans concession à ces défauts et à bien d’autres encore.

Oui, il faut refonder l’Europe. Revoir Schengen, créer une police aux frontières, une sorte de FBI européen, instaurer une législation contre le dumping en harmonisant les droits fiscaux et sociaux, instaurer une taxe carbone à l’importation pour garantir la compétitivité de ceux qui respectent les normes environnementales, créer une banque européenne pour financer la lutte contre le changement climatique avec autant d’argent que l’on en a mis pour sauver les banques en 2008…

Oui il faut inventer un nouveau modèle économique, social et environnemental qui restaure une justice sociale et fiscale, responsabilise l’individu en même temps qu’il restaure la fraternité.

Oui il faut protéger nos valeurs contre les radicalismes qui les attaquent.

Oui il faut répondre aux attentes de tous ceux qui galèrent dans leur vie quotidienne et surtout redonner du sens à travers un nouveau projet de société.

Mais sincèrement qui peut croire que c’est en cassant l’Europe qu’on y arrivera ???

Qui peut penser sérieusement, dans un monde dominé par des puissances comme les Etats-Unis et la Chine, que nous seront plus forts en étant tout seul ???

Car tous les marchands d’illusions, les mauvais bergers qui promettent des lendemains meilleurs une fois qu’on aura cassé l’Europe, ne nous emmènent que sur le chemin du déclin et du retour de la guerre.

Car qu’ils soient de gauche en nous promettant la Révolution bolivarienne (il n’y a qu’à aller au Venezuela pour admirer le résultat) ou de droite en nous promettant l’illusion de la souveraineté derrière des frontières de barbelés, les extrêmes nous conduisent au même endroit : l’impasse.

Je ne laisserai pas les casseurs de l’Europe nous conduire dans cette impasse.

Je ne laisserai pas les casseurs de l’Europe ramener la logique qui a conduit tant de fois l’Europe dans la guerre.

Je ne les laisserai pas offrir à mon fils l’avenir qu’ont eu mes grands-parents dans la première moitié du XXème siècle.

Dimanche, je voterai donc sans réserve pour la Renaissance de l’Europe.