Le rôle du Député pendant la crise du coronavirus

/ Actualités, Actualités du député

Coronavirus : à quoi sert votre Député pendant la crise ?

Discussion et vote des textes à l’Assemblée nationale mais aussi facilitateur pour régler mille et un problèmes de terrain pour les hôpitaux (masques, médicaments, tests…), mise en place d’une cellule de soutien aux entreprises, je me permets de vous rendre compte du travail accompli juste au cours de la semaine écoulée.

Le travail de base du Député est de faire la loi. Ce travail malgré le confinement, je le continue. En effet, l’Assemblée nationale reste ouverte mais seuls 2 députés par groupe peuvent entrer dans l’hémicycle pour éviter la contagion (20 députés sont déjà contaminés dont 2 sont dans un état entre la vie et la mort). La plupart des réunions se fait donc par visioconférence.

Cette semaine nous avons discuté et voté 3 textes :
– une loi de finances qui ouvre 300 milliards d’euros de garanties pour des prêts et 45 milliards d’aides directes aux entreprises
– une loi organique pour ne pas engorger les juridictions de questions prioritaires de constitutionnalité
– une loi pour prendre toutes les mesures nécessaires à l’état d’urgence sanitaire

Mais au-delà de ce travail législatif, je passe surtout mes journées au téléphone pour faciliter la résolution de mille et un problèmes qui se posent aux soignants dans l’agglomération mulhousienne mais parfois aussi ailleurs.

Je vais vous en donner quelques illustrations.

Mais pour comprendre ce rôle, il faut d’abord vous mentionner deux choses :

– au mois de septembre 2019, l’un de mes adjoints lorsque j’étais Maire de Rixheim, le Docteur Georges Fabrice BLUM, était venu me voir pour me proposer d’intégrer bénévolement mon cabinet parlementaire en qualité de « conseiller santé ». Pour un député membre de la commission de La Défense nationale, cela pouvait paraître original d’avoir un « conseiller santé » dans son cabinet. Aujourd’hui je pense que ce fut juste un signe de la providence. C’est un atout majeur dans la gestion de cette crise.

– depuis octobre 2018, j’ai succédé à Franck Riester (devenu Ministre de la Culture) en qualité de président des Députés Agir à l’Assemblée nationale. J’ai donc mis au service de ce groupe et développé mes réseaux au sein de l’administration d’Etat, des cabinets ministériels et du Gouvernement.

Voici donc quelques uns des sujets dont je me suis occupé au cours de la semaine écoulée :

– alerté par mon conseiller santé sur l’absence de coordination avec les cliniques privées alors que les hôpitaux de Mulhouse et Colmar arrivaient à saturation, j’ai œuvré auprès du Préfet afin que la Fondation du Diaconat rejoigne le plan de gestion de la crise. Concrètement cela a eu pour effet d’ouvrir 60 lits au Diaconat (Roosevelt et Fonderie) à Mulhouse dédiés aux malades du Coronavirus dont certains équipés de réanimation.

– alerté par une élue strasbourgeoise en lien avec une entreprise basée à Shanghai sur le blocage d’un contrat de livraison de 70 millions de masques pour des questions de procédures administratives, j’ai immédiatement contacté Bruno Lemaire (ministre de l’économie) et la conseillère du Président de la République à l’Elysée. Résultat en 2 heures la question de procédure était débloquée et les 70 million de masques pouvaient prendre la direction de la France pour alimenter nos soignants dans les hôpitaux, EHPAD, pharmacies, cabinets libéraux…

– alerté par mon conseiller santé sur l’indisponibilité des médicaments pour suivre le traitement proposé par le Professeur Raoult afin de guérir le Coronavirus chez les patients infectés, j’ai immédiatement contacté le ministre de la santé, l’Elysée et Matignon afin que MULHOUSE puisse être autorisé à tester la combinaison de l’hydroxychloroquine et de l’azytromicyne. Quelques heures plus tard Sanofi était autorisé à livrer les médicaments. Désormais les premiers patients bénéficient déjà du traitement sur Mulhouse.

– alerté par l’hôpital de MULHOUSE sur le blocage d’un colis de matériel médical urgent sur le dépôt DHL de Huningue, j’ai demandé au Préfet du Haut-Rhin et au Sous-Préfet de Mulhouse de faire ouvrir l’entrepôt et, grâce aux numéros de tracking de livrer le colis. Grâce à leur concours et à celui de la police nationale, le colis était livré quelques heures plus tard au laboratoire de l’Hopital.

– j’ai aussi contribué à débloquer des colis contenant des tests de Coronavirus pour le Diaconat sur des entrepôts de la région parisienne puis pour d’autres hôpitaux de France pour des colis bloqués dans les entrepôts de Marseille grâce au concours d’une collègue député de Marseille.

– alerté par l’hôpital de MULHOUSE sur le manque de masques, de blouses, de charlottes ou encore de pousse-seringues, j’ai fait remonter les demandes directement auprès du ministre de la santé. Le matériel arrive, certes au compte-gouttes mais il arrive.

– en tant que membre de la commission de La Défense nationale et des forces armées, j’ai aussi suivi les décisions d’implantation de l’hôpital militaire de campagne et des vols Morphée qui transportent les malades vers d’autres hôpitaux de France. Je relaie aussi vers le ministre de la santé et celle des Armées, les demandes de mes collègues outre-mer pour que des navires militaires puissent arriver à temps pour gérer la crise sanitaire qui va atteindre nos territoires en Polynésie, Antilles, Réunion, Mayotte…

– avec mon conseiller santé, nous sommes aussi à la manœuvre pour favoriser l’achat et la livraison rapide de nouveaux respirateurs artificiels qui permettent de soigner les cas les plus graves en réanimation sur l’agglomération mulhousienne.

Et ceci ne sont que quelques illustrations de ce travail de facilitateur pour mettre de l’huile dans les rouages, débloquer des situations complexes. Ce sont plusieurs heures par jour au téléphone et des contacts quotidiens avec la directrice de l’Hôpital de Mulhouse, le Diaconat, le Préfet, mais aussi l’Elysée, Matignon, le ministère de la santé, Bercy et le ministère des Armées.

Dès lundi, j’ouvrirai au sein de mon cabinet parlementaire une cellule téléphonique de conseil aux entreprises pour les aider à mettre en œuvre les procédures qui sortiront de la loi que nous sommes en train de voter ce week-end.

Et ce dimanche je le passerai à faire le point avec les distributeurs du secteur alimentaire pour m’assurer qu’il n’y ait pas de problèmes de rupture de livraisons (on m’a alerté sur les problèmes des Drives).

Ce rôle de député en temps de crise est bien sûr modeste, par rapport au travail que réalisent tous les soignants sur le front face à la maladie. Mais je suis heureux de pouvoir mettre mes réseaux au service de ceux qui se battent en première ligne pour tenter de leur faciliter la tâche.

Après avoir témoigné ma reconnaissance et mon admiration pour tous les soignants, policiers, gendarmes, pompiers, logisticiens, et personnels mobilisés dans l’alimentation, je voudrais enfin remercier tous les fonctionnaires et conseillers dans les administrations qui continuent à travailler et m’aident à aider ceux qui se battent en première ligne.

Chacun à sa place peut apporter sa contribution pour gagner cette guerre.

Ce n’est d’ailleurs que par la solidarité et l’effort collectif que nous y arriverons.

Courage à tous !Oui