Olivier BECHT réagit à l’intervention du Président devant les Français

/ Actualités, Réaction

Certaines bonnes mesures mais il n’y a toujours pas le courage de changer de modèle autour d’un nouveau projet de société !

La conférence de presse de jeudi soir a permis de montrer que le Président avait compris une partie des problèmes que vivent les gens au quotidien, lui qui n’avait jamais été élu local ou au contact durable du terrain. Il reconnaît lui-même avoir beaucoup appris et c’est très bien.

Il en tire des conséquences pour certaines positives : arrêter de matraquer fiscalement la classe moyenne, rendre une partie de la CSG aux retraités, réindexer les petites retraites sur l’inflation (dommage pour les autres), arrêter de fermer les services publics (écoles, hôpitaux…) en zone rurale, instaurer un service de recouvrement des pensions alimentaires pour les femmes seules avec enfant, une retraite minimale de 1000 euros pour les personnes ayant travaillé toute une carrière… toutes ces mesures vont bien sûr dans le bon sens. Le Président a compris les fractures qui traversent le pays. Il reprend d’ailleurs le titre du document réalisé par notre groupe de travail au cours des 3 derniers mois (avec des gilets jaunes et des non gilets jaunes) : « remettre l’Humain ».

Mais, cette sortie du Grand Débat reste pour moi une déception.

Ce n’est pas simplement le volet institutionnel qui est décevant (pas de prise en compte du vote blanc, pas de RIC, pas de réforme de la loi de 1905 pour lutter contre l’islamisme radical, mesures un peu démagogiques de réduction des parlementaires mais sans augmenter les pouvoirs du Parlement face au Président…).

Le problème, c’est surtout l’absence de projet de société qui puisse donner un sens global à la politique menée par le Gouvernement.

Cela donne l’impression qu’Emmanuel Macron n’a pas compris la nature réelle de la crise qui est la nôtre, c’est-à-dire celle d’un modèle économique, social et environnemental.

Ce modèle d’un capitalisme financier mondialisé après 1990 est en faillite aujourd’hui.

Les dysfonctionnements sont trop grands :

– déconnexion entre l’économie financière et l’économie réelle,

– croissance des inégalités de revenus,

– épuisement des ressources et dérèglement du climat

-…

Partout dans le monde, les gens commencent à porter des populistes au pouvoir parce qu’ils rejettent ce modèle et veulent retrouver la maîtrise de leur destin (sans nécessairement rejeter l’ouverture sur le monde) et surtout veulent retrouver un capitalisme plus humain.

Le Grand Débat aurait dû être l’occasion pour le Président de renverser la table. Pour la France, c’était l’occasion d’inventer justement ce nouveau modèle économique, social et environnemental qui remette l’Humain au cœur de tout. Ce modèle aurait pu inspirer le monde. Il aurait pu être la « Révolution » qui était le titre du livre de campagne d’Emmanuel Macron.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

À l’heure où une nouvelle crise financière, probablement plus violente que celle de 2008, menace la planète à l’échéance d’un an, il est urgent d’opérer la Révolution de notre modèle économique, social et environnemental.

Si on ne le fait pas de manière pacifique et démocratique, alors le risque est grand qu’elle s’opère de manière violente et dramatique, comme souvent dans l’Histoire.

Est-on aveugle pour ne pas voir que, comme au XXème siècle, les nationaux populistes, finiront par ramener la guerre?

Est-on aveugle pour ne pas voir que des populations à bout nerveusement face aux dysfonctionnements du modèle actuel et empêtrés dans la galère du quotidien, finiront un jour par descendre dans la rue et par tout casser dans un déluge de violence qui sera mille fois plus destructeur que ce que nous avons connu ces derniers mois ?

Ne peut-on pas, pour une fois dans l’Histoire, changer de modèle de manière pacifique et démocratique et pas sur les ruines d’une Révolution sanglante ou d’une guerre ?

Je suis triste de constater que le Président n’ait pas vu ou osé s’attaquer à ce défi certes colossal.

C’est vraiment dommage !!!

Et cela ne présage, hélas, rien de bon pour la suite.