Suppression de 1000 emplois chez PSA Mulhouse : grosse erreur stratégique !

/ Actualités, Réaction

J’ai toujours soutenu le site de PSA Mulhouse qui est une fierté pour l’agglomération mulhousienne et qui se situe en partie sur la ville de Rixheim dont j’étais maire durant 10 ans.

J’ai soutenu, en qualité de président délégué de l’Agglomeration Mulhouse, le site et le groupe PSA dans les heures les plus sombres en 2013 lorsqu’il était menacé de disparition.

J’ai soutenu l’entrée au capital de l’Etat pour sauver le groupe.

J’ai soutenu la modernisation de l’usine avec la nouvelle plateforme EMP2 dans le cadre de l’usine du futur (près de 1 milliard d’investissements sur le site de Mulhouse).

J’ai soutenu la stratégie de Carlos Tavares : « Back to the race » puis « Push to pass ».

J’ai applaudi les résultats de cette stratégie qui a permis au groupe de voir en 2018 son chiffre d’affaire augmenter de 74 milliards d’euros (18,9%) et le résultat net de + 40 % à 3,3 milliards d’euros.

Ce soutien historique me donne le droit aussi de souligner les erreurs historiques.

L’annonce de la fin de la production de la 2008 alors que les nouveaux véhicules qui seront produits sur le site (en plus de 508 et autres haut de gamme actuels), n’arriveront qu’en 2021 est une erreur stratégique du groupe vis-à-vis du site.

Pourquoi cette absence de vision qui aurait permis à un véhicule de prendre le relais d’un autre sans à-coups sur l’emploi ?

Certes l’emploi devrait augmenter à nouveau en 2021.

Mais 1000 emplois supprimés (même si ce sont beaucoup d’intérimaires), c’est énorme.

Or derrière les emplois, il y a des femmes et des hommes et des familles.

Un groupe d’origine familiale comme PSA devrait prendre cela en compte.

On ne peut pas dire on vous largue en 2019 et on vous reprendra en 2021 quand les nouveaux véhicules seront produits.

Que l’on ajuste l’emploi quand les ventes ne sont pas là se justifie pleinement mais que l’on ajuste alors que les ventes et les résultats sont là juste parce que l’on a pas prévu sur un site le remplacement à temps d’un véhicule par un autre me semble une erreur stratégique et historique du groupe PSA.

C’est aussi une erreur politique car cela montre le peu de considération que l’on donne à l’Humain dans tout cela.

Cela plaide ici encore pour la transformation de notre modèle vers une capitalisme humain que je cherche à promouvoir contre le capitalisme financier.